L’univers des fesses rouges !

Image

Dans la vie, on passe par différentes étapes. De la petite enfance à l’âge adulte, les univers changent et notre caractère aussi.

Tout d’abord, l’enfance ! Cette incroyable période de notre vie où se mêlent insouciance et moustache de chocolat. Cet univers féérique où l’on croit encore que les bébés naissent dans les végétaux et que les bisounours seront nos meilleurs amis pour la vie.

Puis vint l’adolescence ! Là, je ne parlerai plus d’insouciance mais d’inconscience ! Cet univers où tout est permis ou plutôt où l’on se permet tout. Cet âge où les bisounours, on les voit surtout après avoir consommé des produits quelque peu illicites ! Cet âge où les parents, oups ! pardonnez moi : les « remps » sont trop chelous ! Cet âge où l’on aurait préféré être l’enfant caché de Kurt Cobain, plutôt que celui de ses propres parents.

Enfin, on arrive à l’âge adulte, l’âge où l’on commence à se « poser », où l’on rencontre le père de ses futurs enfants, l’âge où l’on décide de fonder sa propre famille !

Notre univers change dès lors que l’on devient parents ! On se retrouve aves des peurs que l’on aurait jamais imaginé. Puis, on veut trouver le meilleur pour son enfant : la meilleure poussette, celle qui fera pâlir de jalousie les mamans à la sortie de la crèche. On passe des heures sur le net pour trouver le doudou le plus stylé, le plus doux, le plus fun ! On cherche la meilleure crème pour le change de bébé, la plus bio, sans essais sur les animaux, sans paraben et j’en passe ! On cherche les couches les plus absorbantes, et qui ne rendent pas les fesses de bébé de la même couleur que la trogne du voisin après plusieurs verres de rouge !

Bref, vous l’aurez compris, on change ! Notre cerveau subit un fort nettoyage à haute pression, il réagit parfois d’une façon étrange et occulte certaines périodes de notre vie.

Dans ce nouvel univers, celui de mère, nous ne sommes pas toujours connectées, pas toujours parfaites ! Notre langage régresse dès l’arrivée de bébé. On se retrouve à faire des bruits d’animaux, à chanter des chants trop chelous. Par contre notre capacité à aimer augmente. Notre cœur grandit au fil des naissances de nos enfants.

On mûrit, on vieillit, mais on se sent bien et épanouie !

Bref, cet univers de mère, je l’aime plus que tout, même si j’y ai perdu pas mal de neurones. Cet univers, j’y suis, j’y reste, il ne me quittera plus. Je suis une mère, une maman pour la vie.

Merci mes enfants, grâce à vous, je suis une maman comblée et je vous aime plus grand que l’univers !

 

Publicités

N'hésitez pas à me laisser vos commentaires !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s