2015 : L’année de la reprise !

20150104_212002~2

Et oui, il y a un moment donné ou il faut se rendre à l’évidence, tout à une fin, surtout les bons moments  !

Pour moi, la fin de mon congé parental, mes derniers jours à 100 % avec mes monstres.

Oui, vous l’aurez compris, il va falloir retourner bosser, taffer, boulonner, voir œuvrer pour l’humanité… ! Bon je sais, je suis un peu dans l’exagération mais quand même, 10 mois 1/2 sans aller travailler, c’est comme décider de partir en vacances aux Maldives plutôt qu’en Picardie ! Attention, je n’ai rien contre la Picardie, au contraire ! Les Picards, je vous aime ! (Clin d’œil à ma copines Picarde)

Bref, il me reste deux semaines, sans réveil, sans Tupperware à préparer, sans penser à aller me coucher, ou à organiser ma journée avec les loulous.

Deux semaines sans compte à rendre, deux semaines sans se les peler le matin, ou rentrer tard le soir.

Ces deux dernières semaines, je vais profiter à fond de mes monstres, je vais apprécier le moment du coucher. Apprécier leurs sourires encore tout endormis le matin, la bave collée au coin des lèvres (ouai je suis très poétique comme nana). En profiter pour les regarder grandir, jouer, gribouiller sur les murs et se laver les cheveux avec l’eau du chien. Regarder mon grand étaler la totalité du gel douche sur le carrelage de la salle de bain. Me protéger du petit pot de carotte éternué par ma petite dernière. Rire en regardant ma grande ado rêver, et planer à 100000, car elle est amoureuse.

Etre auprès d’eux à temps complet, va me manquer mais je sais que cette reprise, nous fera le plus grand bien. Je n’ai pas peur, je suis juste nostalgique. Ces quelques mois sont passés trop vite.

Le point positif :  je vais pouvoir retrouver mes collègues, et discuter entre adultes d’autres choses que de cacas ou de nuits blanches. Quoi que pour les nuits blanches ce n’est pas gagné….Découvrir tous les derniers ragots, rumeurs et potins du boulot. Etre une maman mais pas que …

Bon, je vous laisse, je m’en vais donner la dernière tétée et profiter…Je reviendrai dans quelques temps vous raconter mes premiers jours !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Un très beau conte, à découvrir très vite !

Les trois petites fées et le bébé soleil

Nous venons de fêter Noël et nous nous apprêtons à fêter la nouvelle année !

Quoi de mieux en cette période, qu’un joli conte à raconter à vos enfants.

Une belle histoire, tout en douceur, pour faire comprendre aux enfants, la renaissance, le renouveau…

Un conte idéal en cette période de l’année !

Voici un petit topo :

Les trois petites fées et le bébé soleil : Un conte pour le Nouvel An ou le solstice d’hiver

Ce conte est une adaptation d’un conte d’auteur inconnu appelé Les fées de Yule. Il nous parle du déclin du soleil à l’heure du solstice d’hiver, et de sa renaissance.

Trois petites fées vivent dans le creux d’un gros chêne. Elles vivent leur premier hiver et sont très inquiètes de voir le soleil diminuer comme s’il allait disparaître. Le vieux chêne qui les abrite les rassure. Bientôt aura lieu la fête du Nouvel An, pendant laquelle elles auront une belle surprise.

Ce conte féerique met en scène des animaux, des fées et des lutins vivant en harmonie avec la nature. Ils vont fêter ensemble la renaissance du soleil. L’histoire est illustrée et s’adresse à des enfants à partir de trois ans. Selon les traditions familiales, on peut préférer parler de fête du Nouvel An, ou fête du solstice d’hiver ou même fête de Yule…

L’auteure et également illustratrice

Adeline Ferrier enseigne le français en collège et lycée. Depuis la naissance de sa fille en 2010, elle s’intéresse passionnément aux pédagogies alternatives, découvrant d’abord Montessori puis dernièrement, la pédagogie Steiner-Waldorf. Elle a tout de suite été séduite par l’univers enchanté mis en place dans ce dernier courant de pensée. Depuis, une table des saisons décore sa maison, et des lutins se faufilent dans tous les coins. Elle raconte ses expériences dans un blog : http://explorerensemble.wordpress.com appelé « Les découvertes de Petite Lutine ». Ses histoires pour enfants s’inspirent de ces univers merveilleux.

Pour en savoir plus :

Les trois petites fées et le bébé soleil

22 pages, illustré

Prix :

Broché : 7,13 €

Numérique : 2,68 €

Point de vente : Amazon

Contact :

lesdecouvertesdepetitelutine@gmail.com

N’hésitez pas, il n’est jamais trop tard pour faire de jolis cadeaux !

Rendez-vous sur Hellocoton !

J’avais sept ans, et je rêvais d’être adulte…

j'avais sept ans je rêvais d'être une adulte

Quand j’avais sept ans, je ne sais pas pourquoi, mais être une enfant, n’était pas des plus excitant pour moi.
Je rêvais d’être grande au sens propre comme au sens figuré. Je me rêvais adulte, j’essayais d’imaginer comment je serais, comment seraient mes cheveux, mon visage, mes habits, ma vie de « grande ».

Je n’aimais pas être une enfant, je voulais devenir très vite adulte.
Je n’aimais pas me regarder dans un miroir car je voyais une enfant, alors que j’aurais voulu voir une femme.
Mais pourquoi ? Aucune idée !

Je me suis souvent demandé pour quelle raison, la vie d’adulte m’attirait tant, alors que j’avais une enfance heureuse, avec des amis et une famille formidable.
Je rêvais pendant des heures, que j’étais une jeune femme, aux cheveux longs et ondulés. Une James Bond girl, à qui il arrive plein d’aventures, plus extra-ordinaires les unes que les autres.
Je regardais toutes les séries où le héros était une femme. Je me représentais alors à travers elle.
Puis la voix de ma mère me ramenait très vite à la réalité, car c’était l’heure du repas ou l’heure de partir à l’école. Je lui parlais parfois, de ces héroïnes que j’ enviais, ou de cette vie d’adulte que j’avais hâte de connaître. Et bien évidemment, elle ne me comprenait pas, et me disait que j’avais bien le temps. Qu’il fallait profiter, vivre mon enfance, sans les soucis et les problèmes que peuvent rencontrer les adultes. Que cette insouciance disparaîtrait laissant place à des choses bien moins sympathiques.
Forcément, moi non plus, je ne la comprenais pas, elle avait de la chance, ma maman, d’être une adulte !

Et puis les années ont passées, j’ai grandi, mûri. Et puis le grand jour tant attendu est arrivé, d’un battement d’aile, les années s’étaient écoulées, j’étais devenue une adulte, pas très grande, mais une adulte !

Et aujourd’hui, je ne rêve parfois qu’à une chose, retourner à mes sept ans.

A ces années de douceur de vivre, d’odeur de bonbons et de chocolat.

De mes jolies poupées et de tous ces instants volés, je rêve en secret.

Qu’est ce que c’était bien quand j’avais sept ans…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Il y a 12 ans, je devenais maman…

1385106_10202486170223787_1782528980_n (3)

Il y a 12 ans, je devenais maman pour la toute première fois. Je commençais alors à comprendre, combien l’Amour peut-être grand, combien l’Amour d’une maman peut-être éclatant et combien un enfant peut nous rentre heureux.

12 ans…. 12 ans que je te cajole, que je te rassure, que j’essaie de te comprendre, que j’essaie d’être la maman qu’il te faut.

12 ans que je t’aime.

Toi ma grande fille, aujourd’hui, c’est un grand jour. 12 ans c’est important pour toi. 12 ans ce n’est pas forcément facile pour moi.

Il y a 12 ans, l’attente était difficile, tu n’étais pas pressée mais moi du haut de mes 23 ans, j’étais impatiente. Ma seule hâte était de te tenir dans mes bras.

Aujourd’hui, c’est parfois toi qui me rassure, qui me cajole, qui essai de me comprendre, qui essai d’être l’enfant dont j’ai besoin. Tout n’est pas toujours rose, car tu te cherches, tu grandis, tu deviens une grande fille. Moi je te cherche,  je te vois grandir, et je vieillis tout doucement.

Par contre nous sommes toutes les deux d’accord sur un point, nous nous aimons jusqu’aux étoiles et bien plus encore.

Toi, ma belle et douce grande fille, toi qui me ressembles tant.  Ton reflet est mon miroir, te voir grandir me rappelle tellement de souvenirs.

Quel bonheur de t’avoir à mes côtés, ton sourire fait de moi une maman comblée.

 

Joyeux anniversaire ma fille…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le juste équilibre

 file000714103327

Comment trouver le juste équilibre ?  Cet équilibre que tous les parents recherchent parfois désespérément, parfois sans jamais le trouver.

L’ équilibre entre : mettre sa tête dans le four ou expliquer par « a + b » qu’enfermer le chat dans la machine à laver ce n’est pas bien.

S’arracher les cheveux ou faire comprendre à son enfant, que non l’eau des toilettes ne sert pas à se laver et que la brosse pour les pieds n’a pas une option brosse à dent.

Mettre sa tête (oui encore une fois) dans la litière du chat, ou faire un schéma à son enfant, pour lui dire que non, il ne sait pas voler et que prendre de l’élan, pour sauter du canapé s’est dangereux .

Comment ne pas crier tel un vieux cerf pendant le brame, comment rester zen, comment trouver le juste milieu entre  « punition » et « explication ».

Comment faire preuve de bienveillance et de compréhension, lorsqu’on a juste envie de s’ enfiler une boîte de chocotropbon, enfermé à double tours dans les toilettes !

Comment trouver la meilleure façon de mettre une pincée de tolérance, et un soupçon de condescendance dans le biberon de lait ? Comment trouver enfin la bonne recette ?

Ahhhh l’art d’être parents, l’art d’éduquer ses enfants de la manière la plus juste, la plus adéquate.

C’est difficile de  faire « bien » tout le temps. Parfois, on se loupe, on râle, on se fâche, on ne ressemble plus à rien (si, si, filmez-vous lorsque vous criez sur vos enfants, vous verrez… Vous n’êtes pas beau du tout !) Et surtout êtes-vous crédibles ? Est-ce cela, que vous voulez transmettre ?

Trouvé le bon équilibre n’est pas une mince affaire. Il ne faut pas oublier que l’enfant a également besoin qu’on lui pose des limites, qu’on lui interdise certaine chose. En effet, accepter que son enfant mange son repas sur son cheval à bascule déguisé en Zorro, risque de poser des problèmes par la suite. C’est également la même chose, si votre enfant refuse d’aller au lit sans avoir vu, 7 épisodes de Sam le pompier, bu 3 bibis, veut dormir avec ses chaussures et le coussin du chien.

Bref, vous l’aurez compris, restez zen n’est pas toujours chose facile. Partir au quart de tour par contre l’est un peu plus.

Tout ce que nous voulons, c’est ne pas se tromper, trouver le ton idéal, montrer le meilleur des exemples, pour que plus tard, lorsque notre enfant sera grand, il reproduise le meilleur de ce qu’on lui a appris.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon terrible two, tu me fais peur !

20141027_102145~2

Je me souviens encore de toi, tout fragile et tout petit, le jour de ta naissance.  Puis, tu as grandi , du nourrisson, tu es devenu un grand bébé et aujourd’hui à 2 ans et 3 mois, tu es devenu un petit gars, charmant, plein de vie, toujours à rire, et à faire le clown !

Oui, mais ! Car il y a un mais, le cap du « terrible two » ne t’as pas épargné ! Tu prends désormais conscience du pouvoir que tu as sur nous, parfois nous ne te reconnaissons plus, tes colères sont souvent difficiles à comprendre et nous laissent perplexes.

Par exemple, quand le chien n’a pas voulu finir sa gamelle, tu fais une colère, ton petit train à déraillé, tu as cassé la mine de ton crayon, je n’ai pas colorié à l’endroit précis où tu aurais voulu, ton pull ne te plaît pas, il manque une céréale dans ton bol, ta biscotte s’est brisée il n’y a plus chuggington en replay et j’en passe, tu fais une colère !

Tu es dans une période où tu testes tout : notre patience, de nouveaux jeux, et ta capacité à être un super héros !

Oui, je suis aujourd’hui sûre de ce que j’avance, tu crois être un super héros !

Sauf, que je suis désolé de te l’annoncer : – Non, non, non tu n’en es pas un ! (et vlan, une colère !)

Pourtant tu veux tout faire comme lui, ce super héros, et moi ça me fait franchement flipper !

Tu files te balader dans le quartier si j’ai le malheur d’oublier les clefs sur la porte.

Tu montes et descends seul de ta chaise haute, en t’agrippant aux barreaux de celle-ci.

Tu grimpes sur les poignées des tiroirs, pour te hisser sur le plan de travail de la cuisine, comme Spiderman, mais sans la toile !

Tu investis le dossier du canapé tel un plongeoir duquel tu te lances en criant : – « Sauuuuuuute » !

Tu escalades, tout ce qui est escaladable, sans aucune peur, ni hésitation !

Tu as un goût tout particulier pour les découvertes pas très ragoûtantes, comme te brosser les cheveux avec le balai des toilettes, te laver le visage avec l’eau de la cuvette, je crois bien que tu es « en mode kiffe » des « water closet » !

Tu aimes faire du cheval sur le dos de ta petite soeur (qui n’a que 5 mois), tu adores lui gratter ses croûtes de lait, tu montes sur le chien, et tire les cheveux de ta grande sœur.

Je vous vois déjà dire : – « Mais c’est quoi cette mauvaise mère qui ne surveille pas son fils ?  »

Je peux vous assurer, qu’il arrive à faire tout cela, malgré ma surveillance intensive, depuis qu’il sait marcher !

Il tombe, se fait mal, mais se relève dans la seconde. Le souvenir de la chute arrive au cerveau, mais repart comme il est arrivé. Il attrape tout, n’a peur de rien ! Prend des risques, mais ne s’en rend pas compte.

Et moi je suis là, à retenir ma respiration.  J’ai beau l’en empêcher, gronder, parce qu’il faut bien, qu’il apprenne à vivre et accepter la frustration (discours de psy, bonjour) ! Mais rien n’y fait, il recommence de plus belle !

Mon cœur de maman palpite ! D’amour mais de peur aussi !

Il paraît que cette étape du « terrible two »  est importante pour l’enfant…

Il paraît que les parents s’en sortent…

Il paraît que les supers héros n’existent pas… En êtes-vous bien sûre ?

20140613_104043-2~3

Rendez-vous sur Hellocoton !</span

Ces parents aux talents cachés !

_DSC5463

Devenir parents c’est se découvrir des talents d’artistes. Du clown au dresseur de lions (ou d’enfants) en passant par le magicien, qui transforme la soupe de carotte, en potion magique, permettant de vaincre tous les dragons du pays des fées. (Même si je ne suis pas certaine qu’il y ait des dragons au pays des fées ! Il faudrait peut-être que je révise mes classiques !).

Vous qui savez transformer l’ordinaire en extraordinaire, en fabriquant par exemple, le château de la belle au bois dormant avec un simple drap et de vieux cartons. Quand on a des enfants, il faut savoir recycler, c’est bon pour la planète et très bon pour improviser l’histoire du soir !

Vous n’aviez jamais imaginé chanter à tue-tête, « il était un petit navire », une rame à la main (non, ok, le balai de la cuisine en main), mais désormais c’est chose faite ! Attention vous y mettez même des bruitages et des gestes. Bin oui ! Il ne faudrait pas qu’il coule ce navire et surtout, il faut être crédible en tant que matelot !

Vous parvenez à faire rire vos enfants de façon toujours très classe et distingué. Non, admettez que vous êtes complètement ridicule, mais qu’importe le rire d’un enfant mérite bien de devoir changer d’identité et de s’exiler sur les îles Falkland. Un peu de culture générale, ce sont les îles Malouines situées non loin de l’Argentine, où il y a plus de moutons que d’habitants, et là-bas, les moutons ne se moque pas ! Quoi que …

Grâce à vos nouveaux talents, vous pourriez facilement décrocher un grand rôle au cinéma, dans des genres différents. Dans les comédies dramatiques par exemple. Vous répétez d’ailleurs tous les soirs pendant les repas lorsque loulou refuse de manger sa soupe ou au moment du coucher quand vous cherchez doudou et tétine partout dans la maison, à quatre pattes derrière le canapé, à crier « mais il est où ce satané doudou » !

Vous feriez un carton aussi dans les comédies musicales, comme je vous l’ai expliqué plus haut, vous êtes « topissime » en chant et en danse ! Vous pourriez même jouer un rôle dans un film comique, mais je ne sais pas si vous arriveriez à faire rire les plus de 7 ans !

Bref si vous souhaitez vous reconvertir dans le métier d’artiste, cela est désormais chose facile ! Envoyez une petite vidéo de vos talents cachés à la nouvelle émission « Toi parent, t’es trop marrant » ! et vous serez peut-être sélectionné pour devenir « le parent marrant de l’année » !

Alors à vos caméras, ou pas !

Soyez marrants, soyez parents !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Interview exclusive : 3 questions à mon Ado !

20141016_214330~2
L’adolescence est une période où le corps et le mental changent, et nous laisse, nous, parents, très souvent perplexes !
Parce que souvent, notre petit chérubin se transforme en un spécimen des plus étrange, à se demander s’il n’est pas envouté. Parce que souvent, au contact de l’adolescent, nous avons la sensation de pénétrer dans la quatrième dimension avec son générique à vous faire dresser le pelage et tous ces acteurs supers flippants.

Bref, j’ai voulu en savoir plus !
Mais qui est donc l’adolescent ?
Celui qui, d’un battement de cil, se métamorphose telle la chrysalide qui devient papillon (en y réfléchissant, la comparaison avec le papillon n’est pas forcément la plus adaptée à l’adolescence !) Cet enfant charmant, au départ, mais qui après qu’on lui ai demandé de faire la vaisselle, se transforme en un être aux pouvoirs démoniaques.
Celui à qui l’on reproche de ne pas avoir mis la table, et qui soudain s’emporte tel un Ouragan ravageant tout l’Est des Etats-Unis. Celui qui revisite Molière et son malade imaginaire, en gémissant plus vite que son ombre et en dégainant son carnet de vie scolaire tel Lucky luke face aux Daltons. Celui qui se prend pour Cosette dans Les Misérables, en étant persuadé d’être le plus malheureux au monde ! Celui, qui vendrait père et mère pour récupérer Skype et son ordi. Celui qui trouve joli, tout ce que toi tu trouves moche et vice versa !
J’ai donc décidé de mener ma petite enquête, en posant 3 questions à ma grande fille de 12 ans, ma toute belle, mon ado à moi !
C’est partit !

1 – Comment te vois-tu dans 10 ans ?

Alors là, minute de silence, réflexion de ma fille : « Quelle âge j’aurai dans 10 ans ? » Moi : « Bin 22 ans ! »
Voici sa réponse :
– « J’espère être avec quelqu’un et peut-être avoir un enfant ! » (Précoce ma fille !)
-« Pour le métier, par contre, je ne sais pas encore. »
-« Surtout, je ne veux pas être horrible comme elle ! » (En rapport avec la chanteuse qui passe au moment de la question, sur nrj12 et dont je n’ai pas retenu le nom).
– « Je me verrais bien avec une fiat 500, bleu turquoise  » (Attention, elle sait ce qu’elle veut la petite)
– « J’aimerais aussi des vêtements et des chaussures « moderne de préférence ». » (2 heures pour choisir une paire de groles ! on en parle ?)

Bon et bien finalement, ma fille me ressemble beaucoup, comme moi, elle pense à la famille avant le boulot, elle sait ce qu’elle veut ! Et ça, c’est très bien !

2 – Cite-moi une ou plusieurs choses de bien, que je t’ai apprise et que tu reproduira certainement dans ta vie future ?

– « Pas trop de télévision pour les enfants » (Très bonne réponse, ma fille ! Bravo !)
– « Toujours dormir la tête au Nord ou à l’Est » (Alors là, je suis morte de rire !)
– « Passer l’aspirateur avant la serpillère » (Une vrai fée du logis, en même temps c’est logique.)
– « S’occuper d’abord des enfants et du linge après » (C’est tout moi ça !Venez voir mon panier à linge vous comprendrez)
– « Ne pas tout céder aux enfants » (Alors là franchement, elle assure !)
– « Accoucher naturellement comme les femmes dans le temps, sans péridurale et allaiter  » (Là, je suis bluffer quand même !)

3 – Qu’est ce qui t’énerve et/ou te plais chez moi ?

– « Ce qui m’énerve : Quand tu crois des choses qui sont fausses, ou que tu ne me crois pas quand je te dis quelque chose »
– « Quand je te parle et que tu ne me regardes pas » (Oups, je vais faire attention, dorénavant !)

– « Ce qui me plait : Que tu ne m’engueule pas lorsque j’ai des mauvaises notes » (Je me demande si je ne suis pas trop gentille !)
– « Que tu ai les mêmes goûts que moi »
– « Que tu sois une bonne mère » (rho, je suis flattée là !)
– « Que tu m’aimes » (Là, elle va réussir à me faire chialer la môme !)

Au final, je ne m’attendais pas à ces réponses là, je suis tout bonnement surprise et qui plus est agréablement !
Je pense que l’Ado ne pense pas le dixième, de tout ce qu’il peut parfois nous envoyer à la figure, qu’il est mal dans sa peau, qu’il se cherche, qu’il est hypersensible et hyperémotif !
Je me rend compte que tout ce que j’essai d’apprendre à ma fille, n’est pas vain et que cela porte ces fruits, et ça ce n’est pas rien pour une maman.

Et vous ? Ca se passe comment à la maison avec votre ado ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Au secours ! je commence à ressembler à ma mère !

 

IMG_20140926_132326

Et oui, ce qui devait arriver, arriva ! Après 35 ans de bons et loyaux services avec mes amis insouciance, empressement, imperturbabilité, me voilà devenu une mère, une maman poule, légèrement voir même un peu trop angoissée ! Avant je ne me souciais de pas grand chose, mais ça c’était avant !

Quand je pense que de mes 12 ans à mes 34 ans 1/2, tout ce que ma mère disait me semblait « too much ». Je me demandais de quelle planète elle venait, je la trouvais parfois étrange, tellement stressée, angoissée aussi parfois. Je me demandais pourquoi elle était si inquiète, et tellement derrière mon dos !

Certains jours, j’aurai volontiers pris mes clics et mes clacs, pour un pays d’aventure, d’adrénaline, de folie furieuse ! Rien ne me faisait peur, rien de m’interpellait, tout était beau, tout était joli ! La vie me semblait cooooool et super fun ! Je ne pensais pas à grand chose, si ce n’est quelle tenue j’allais porter à la prochaine teuf entre potes. Quel garçon allait bien pouvoir s’intéresser à moi, malgré ma tenue quelque peu dérangée (comme moi). C’est à dire une chemise de bucheron, « le » tee-shirt de bob marley, mon jeans troué (aux fesses bien entendu) et mes doc martens noir ! Ouai, Ouai, Ouai, je n’ai pas trouvé de photos et moi je dis « ouf », on ne sait jamais, on pourrait un jour les utiliser contre moi !

Donc voila, avec mon scooter noir, je n’avais besoin de personne et je filais tout droit (dans le mur parfois). Les cheveux aux vents, les mouches coincées dans les dents. J’étais une ado un peu barjo.               D’adolescente je suis devenue une jeune adulte, toujours aussi immature, il faut le dire. Avec des envies d’ailleurs, des envies d’irréel, des envies d’aller voir si l’herbe est plus verte chez le voisin !

Puis, je suis tombé enceinte à 23 ans, une grossesse « finger in the nose », sans soucis, sans un brin d’inquiétude, bref, je prenais la vie avec une certaine insouciance et ça ma mère ça l’énervait au plus haut point !

Bon vous l’avez compris, je n’avais pas peur de grand chose, même pas du grand méchant loup. J’ai continué à grandir, enfin plutôt vieillir car j’ai stagner très vite au 1m59 pour mon plus grand désespoir. J’ai eu la chance d’avoir encore deux enfants et à partir de là ma vie a pris une toute autre tournure.

Aujourd’hui, je comprends tout…

Maman, si tu me lis, je comprends désormais tes peurs, tes craintes envers moi. Je comprends ton inquiétude, tes questions incessantes. Je comprends maintenant comment fonctionne un cœur et une tête de maman.

Dorénavant, j’ai peur, j’angoisse pour un rien, je réfléchis beaucoup plus qu’avant. Je pense à toutes les possibilités, des plus optimistes au plus pessimistes. Souvent , je tremble, souvent je pleurs.

Ma petite maman si j’avais su…

Si j’avais su que par certains cotés, je te ressemblerais.

Mais ne t’en fais pas, je t’aime pour tout ça. La preuve: je t’ai piqué certains de tes défauts.

Et pour le reste ? Et bien, nous verrons dans dix ans.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Toutes ces choses dont je ne me passerai plus !

20140714_154522~2

Lorsque l’on devient maman, il y a des habitudes, des sensations, des émotions, des choses parfois futiles, mais tellement importantes que l’on ne pourrait plus s’en passer.
Tous ces petits instants de grâce, de plénitude, de béatitude qui me rendent raide dingue de mes enfants et grâce auxquels je suis totalement épanouie !
Alors oui, il y a des choses qui peuvent vous paraître très étranges ou parfaitement dégueulasses mais moi je les aime !

En premier, celui que je surkiff à la folie, c’est le moment où mes petits lutins se réveillent ! Je parle bien sur de ces matins où je n’entend pas crier un « MAMANNNNNNNN », faisant trembler les murs et sursauter le chat des voisins. Non je parle de ces matins aux jolis sourires, aux éclats de rires, aux petites traces de bave collée au coin des lèvres. Ces matins où je contemple avec fierté mes bébés encore tout ensommeillés.

Je ne me passerai plus, des moments de douceur, lors d’une tétée ou juste comme ça, parce que ca fait du bien au moral et à mon petit cœur de maman ! Quand ma toute petite, colle sa tête contre ma poitrine, ou quand elle attrape ma main, avec ses tous petits doigts. Quand mon « deux ans », demande à « veniiiir » dans mes bras. Quand ma toute grande réclame son câlin, le soir au coucher.

Je ne me passerai pour rien au monde de ces rires, tellement spontanés, sincères et naturels. Leurs sourires sont pour moi une drogue, tellement délicieuse qu’elle remplie mes veines et tout mon corps de petits papillons virevoltant !

Je ne me passerai plus des assiettes de légumes terminées (oui, ça me fait quelque chose, à chaque fois), des beaux gros cacas (oui, je sais ça craint !), des quelques cubes si bien empilés, des puzzles que mon loulou réussi à terminer tout seul.

Je ne me passerai plus des histoires que mon grand de 2 ans raconte (comme il peut, hein !) à sa petite sœur de 3 mois ! Des câlins qu’il lui fait, de la couverture qu’il lui pose si délicatement sur les pieds, pour ne pas qu’elle ai froid. De ces « bisous bouche » qu’il réclame.

Je ne me passerai plus de ces sorties entre filles, avec ma grande de presque 12 ans (attention pas 11, c’est pas pareil), de ces fous rires, de cette complicité que nous avons réussi à créer, de ce maquillage piqué, de nos vêtements prêtés.

Je ne me passerai plus de ces instants où mes trois « plus ou moins » bébés, se câlinent, s’apprivoisent, se taquinent, et s’aiment tout simplement.

Bref, je ne me passerai plus d’être maman, d’être « leur » maman.

Rendez-vous sur Hellocoton !